Je souhaite être contacté par un conseiller

La perte auditive ou presbyacousie

perte de l'auditionLa baisse de l’audition est un phénomène qui apparaît généralement avec l’âge. En France, au-delà de 65 ans, 2 français sur 3 souffrent de baisse d’audition liée à la presbyacousie.

La presbyacousie est comparable à la presbytie pour la vue, et se caractérise par une baisse des performances de l’appareil auditif. En effet, certaines cellules de l’oreille interne disparaissent avec l’âge et altèrent la perception de certains sons.

La baisse de l’audition liée à la Presbyacousie apparaît de manière insidieuse, et la prise de conscience peut s’avérer difficile, en raison du fait que ces troubles arrivent sans choc brutal.
Ainsi, lorsque l’habitude de faire répéter est prise, c’est que la déficience auditive a déjà atteint 40 %. Si 80 % des baisses d’audition sont liées à la Presbyacousie, il ne s’agit pas de la cause unique de la baisse d’audition. D’autres facteurs, en rapport avec la surexposition au bruit, peuvent créer des baisses de performances de l’appareil auditif. Parmi ces facteurs on trouve les conditions de travail dans des lieux bruyants, certains loisirs comme la chasse ou l’écoute prolongée de musique à un niveau sonore important. Il existe à cela des causes de baisses d’audition liées à des maladies héréditaires (otospongiose), des maladies infantiles (otites à répétition, oreillons …) et même à des situations de stress intense (perte d’un proche…).

Certaines circonstances peuvent amener à suspecter une baisse d’audition. Certains signes sont très révélateurs : Si l’on a par exemple l’impression que certaines voix sont plus faciles à comprendre que d’autres, que les enfants parlent trop vite, que certains films ou émissions télévisées sont mal sonorisées, que l’on a besoin de faire répéter ses interlocuteurs, que l’on a une hypersensibilité au bruits et/ou des bourdonnements qui gênent l’audition … Tout ceci peut amener à penser que l’on souffre d’une baisse d’audition.

Si une baisse auditive est suspectée, il faut tout d’abord savoir que le parcours de soin comporte plusieurs étapes (le dépistage, le diagnostic, la réhabilitation, l’accompagnement).
Il est nécessaire de procéder tout d’abord sans attendre à un dépistage. Celui-ci sera effectué par le médecin de proximité (le médecin traitant), qui effectuera un examen approfondi des oreilles du patient (l’otoscopie) et complétera parfois son examen par un dépistage auditif (l’acoumétrie).
L’acoumétrie consiste à répéter des mots en voix chuchotée dans l’oreille du patient, à faire un examen au diapason, ou encore un test de dépistage à l’aide d’un audiomètre, en testant l’audition des sons conventionnels.

Si l’otoscopie révèle des bouchons dans le conduit auditif, le médecin généraliste peut les enlever en utilisant des moyens divers, pendant la consultation. Le médecin généraliste peut également traiter directement certaines lésions de l’oreille. Si ce n’est pas le cas, le médecin orientera alors son patient vers un ORL pour un bilan auditif, et s’assurera alors de la bonne poursuite des soins.

Le médecin ORL (médecin spécialisé en Oto-rhino-laryngologie), procédera alors à un examen complet. Il fera également un examen audiométrique qui comporte lui-même plusieurs examens (un examen tonal dans une cabine insonorisée, parfois un audiogramme vocal..).
Enfin, dans certains cas, L’ORL procédera à un examen d’impédance-métrique ou d’autres examens (PEA, Scanner, IRM,…).

L’ORL, à la vue de tous  ces examens, présentera  au patient son diagnostique en lui prodiguant des soins et conseils si nécessaire.

L’ORL peut notamment orienter le patient vers un audioprothésiste et/ou un orthophoniste.

L’ORL peut ainsi délivrer une prescription pour un appareillage auditif s’il le juge nécessaire.

En cas de troubles de l’audition diagnostiqués, un suivi régulier avec un ORL s’avère indispensable.